De menaçantes excavations.
7 août 2020
En route vers l’inconnu.
25 août 2020

Me voici depuis plus de cinq mois, confiné dans la ville de Païpa dont je connais à présent une grande partie des chemins environnants.

Cette ville est connue d’une part pour son centre thermal dont des eaux aux vertus thérapeutiques émergent du fameux « Puit Bleu ».  C’est sans doute pour moi un clin d’œil à la ville thermale de Lectoure, proche de laquelle vit toute ma famille.  Malheureusement, ces eaux qui auraient pu m’apporter un peu de réconfort au cours de cette longue attente, sont toujours inaccessibles, covid 19 oblige.

Si Lectoure est également connue pour son melon, Païpa l’est quant à elle pour son fromage : « Queso Païpa », résultat d’une tradition débutée du temps de la colonisation et développée par les producteurs locaux. Mais en réalité ce fromage est né dans la bourgade de Sotaquira, située à une vingtaine de kilomètres. Un vieil homme, proche de la place centrale m’a précisé que l’endroit bénéficiait d’un climat idéal, de pâturages sains et riches ainsi que de vaches sélectionnées. Mais ce fromage s’est appelé Païpa car il était initialement vendu sur la place centrale de cette ville.

Païpa restera pour moi le lieu de mon interminable confinement. Toutefois ma décision d’y mettre un terme est prise. Le 25 août au matin, je vais donc reprendre la route en roulant essentiellement dans les zones rurales. Pour atteindre la frontière équatorienne située au sud du pays, plusieurs semaines me seront nécessaires, à condition bien sûr, que rien ne vienne perturber mon avancée.

J’espère que d’ici là, les règles sanitaires se seront assouplies afin que mon passage de frontière soit possible…l’avenir le dira.