C’était comment la liberté ?
30 juillet 2020
Païpa, 150ème jour.
17 août 2020

Dans les environs de Païpa se trouve une zone dont le sol est percé tel un véritable emmental. En passant sur la piste voisine, j’aperçois régulièrement quelques camions chargés de charbon.

Souhaitant en savoir plus, je suis les traces des véhicules pour arriver face à d’étranges installations en bois.

A quelques mètres de celles-ci se trouvent des bouches de galeries qui s’enfoncent profondément dans la terre. Un homme se tient prêt à réceptionner le charbon extrait sous terre par ses collègues.

Je vois plusieurs dizaines de trous plus ou moins inquiétants. L’homme me confirme d’ailleurs qu’il y a régulièrement des accidents. Ainsi, la semaine passée l’un d’entre eux a dû être amputé d’un bras.

Ces mineurs travaillent dur, six jours sur sept et sont payés en fonction de leur rendement. Ils perçoivent pour la plupart deux ou trois salaires minimums, mais cela, au péril de leur vie.

Certaines cavités paraissent juste attendre de les engloutir.

Quant à moi, mon attente se poursuis. Malgré mes dernières hésitations, je ne pense pas retourner en Europe mais probablement tenter de reprendre la route le 1er septembre.