La chaleur d’un accueil.
12 septembre 2022
Journée d’infortunes.
24 septembre 2022

On m’en avait déjà parlé au Paraguay, puis en m’approchant de la zone, plusieurs personnes m’ont invité à y faire un tour. En fait, ma décision était prise depuis déjà plusieurs mois et ces jours-ci, j’ai enfin effectué cette montée de la Serra do Rio Rastro.

Malheureusement, l’essentiel de mon ascension se réalise au sein d’un épais brouillard qui n’affiche aucune faiblesse. Je ne vois qu’à une dizaine de mètres et ne fais que deviner les prochaines courbes. La nappe épaisse et froide m’enveloppe de son manteau humide qui associé à ma transpiration, résultant de l’effort fourni, transforment mon tee-shirt en véritable éponge. Au moindre arrêt je grelote. Arrivé enfin au sommet, je décide de planter ma tente proche du mirador, en espérant pouvoir plus tard bénéficier d’un clin d’œil ensoleillé. Si en soirée j’aperçois par intermittence une partie du panorama tant espéré, c’est au petit matin qu’un rayon de soleil me permettra finalement de repartir sans la frustration de la veille.

Dès lors, le parcours ne va cesser d’être accidenté. Je roule au milieu de zones boisées de pins et d’Eucalyptus servant à l’industrie forestière. Les scieries sont nombreuses et les grumiers se succèdent. Au cœur de pâturages, des Araucarias exhibent majestueusement leur silhouette si particulière. Je passe devant quelques belles pommeraies. Sur le bord de la route, plusieurs producteurs proposent, des jus de pommes, des confitures, du fromage et quelques autres produits locaux.

Des groupes de motards me dépassent. Certains s’arrêtent pour discuter un moment. Lors de mes pauses dans des stations-services, je glane quelques informations auprès de routiers qui cassent la croûte. A présent, je sature vraiment de l’humidité permanente car j’ai du mal à me réchauffer. Cela ne viendra visiblement qu’un peu plus au nord, mais mon impatience grandit. Je croise également de nombreux « vagabonds » à l’apparence digne des « Hobos » de Jack London. On se salut, on échange quelques mots bienveillants, puis chacun reprend sa route et son chemin de vie vers de nouvelles rencontres.