Le territoire des vaches embrumées.
8 juin 2020
Des visages expressifs.
20 juin 2020

Le petit tour de vélo matinal qui m’est consenti, bien que salutaire, s’avère trop modeste pour étancher ma soif d’espace. Je sillonne donc une multitude de routes et chemins environnants, situés entre 2200 et 3400 mètres d’altitude. Des sorties pouvant aller de 40 à 55 kilomètres, durant lesquels j’oublie ma trop longue condition de confiné qui m’incombe à nouveau sitôt la douche prise.

Je traverse quelques villages enchanteurs qui en cette période, manquent cruellement de vie. Fort heureusement je croise un grand nombre de cyclistes. Certains d’entre eux, en pleine séance d’entrainement, semblent littéralement portés vers les sommets, justifiant totalement la réputation de grimpeurs des cyclistes colombiens.

Un vélo de voyage sans ses sacoches est un vélo nu… j’ai hâte de rhabiller le mien.