Carence de vastitude.
16 juin 2020
Mon 100ème jour de confinement.
27 juin 2020

En Mars 2007 au Brésil, je longeais le rio São Francisco également surnommé le « Velho Chico ». De sa source située dans la « Serra da Canastra » jusqu’à son embouchure, entre les Etats de Sergipe et d’Alagoas, le fleuve a irrigué mon parcours de rencontres uniques dont la richesse venait de leur variété.

Parfois, quelques jours durant, d’humeur plutôt fantasque, il sort de son lit pour s’approprier les terres voisines, m’obligeant à quelques détours. Je me glisse dans un Brésil éloigné des clichés, au son d’une musique sertaneja qui enchante les fazendeiros de la région,

Un des moments marquants, fut mon passage dans un campement du Mouvement Sans Terre. Des enfants à l’avenir incertain me guidèrent allégrement à la découverte de ce campement où j’observais des visages qui à eux seuls semblaient me raconter toute la complexité de leur existence.

Parfois les regards en disent bien plus que d’interminables palabres.