Le spleen du cyclonomade.
15 juillet 2020
L’espérance en ruine.
27 juillet 2020

Au fil des jours, je varie mes parcours matinaux afin de ne pas sombrer dans une monotonie pernicieuse. J’avais depuis longtemps envie de passer devant la maison familiale de Naïro Quintana sur laquelle se trouve une fresque peinte en son honneur. Depuis ce matin, c’est chose faite. Vu le profil de la campagne environnante, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il soit devenu un grimpeur émérite.

Mon regard s’attarde souvent sur des scènes de vie délicieusement bucoliques qui m’aident, l’espace de quelques minutes, à oublier la condition de confiné qui m’attend pour le reste de la journée. En même temps, mon désir de reprendre la route s’en trouve fortement attisé. Mais cela n’est toujours pas à l’ordre du jour.