Situation inchangée.
16 janvier 2021
Fiers d’être Caqueteños.
29 janvier 2021

En quittant Popayan, je me hisse lentement sur les hauteurs de la cordillère. J’évolue dans un décor verdoyant de pâturages, embelli par la présence de multiples cascades. Les plantations de pommes de terre dominent. Peu à peu la zone se dépeuple. Lorsque je traverse le hameau de Paletara, j’ai le sentiment d’être ailleurs. J’y ressens le même plaisir que j’avais au Tadjikistan, lorsque, après des kilomètres de solitude, surgissaient quelques maisons rudimentaires.

Le bitume à disparu, faisant place à une piste affreusement poussiéreuse. Quelques véhicules s’arrêtent pour m’offrir une boisson. Avec la descente surgissent des plantations de café, d’arbres fruitiers, de canne à sucre. La région est riche.

Le franchissement du rio Magdalena, fleuve le plus important de Colombie, précède une dernière ascension menant au village de San Agustin, perché dans un écrin de verdure à 1650 mètres d’altitude.

San Agustin est réputé pour ses mystérieuses statues héritées d’une civilisation disparue qui connut son apogée entre le 1er et le VIIIe siècle. Dans une nature sauvage se dressent des monuments religieux et des sculptures mégalithiques représentant des divinités et des animaux mythiques.

Après ce bond dans le passé, je ne sais vraiment pas où mes roues vont me mener dans les jours qui viennent. Place donc à l’improvisation totale !