Quand une quarantaine en cache une autre !
20 mars 2021
Le mutisme des routes.
3 avril 2021

Alors que la ville de Santiago est en quarantaine, je m’élance timidement, au petit matin, dans des rues qui me laissent entrevoir un brin de liberté.

Je me dirige vers Los Andes, plus au nord, en empruntant la cuesta Chacabuco qui me permet d’éviter un tunnel interdit aux cyclistes. En chemin, je m’arrête à deux reprises boire un café dans des cuisines ambulantes, la première tenue par une colombienne et la suivante par une cubaine.

Entre mes démarches en Colombie puis la quarantaine obligatoire, à mon arrivée au Chili, ce sont plus de trois semaines sans le moindre coup de pédale dont une grande partie passée allongée sur un lit. Bien qu’impatient, mes coups de pédales manquent cruellement d’énergie.  J’ai un grand besoin d’enchainer les kilomètres pour retrouver la forme.

Un peu avant le sommet de la cuesta Chacabuco, je campe sur un petit espace ombragé. Au travers de ma moustiquaire de tente, je m’émerveille de la clarté du ciel étoilé.

Arrivé à Los Andes, je retrouve Eric qui m’avait déjà hébergé il y a 19 ans.

Le Chili prévoit la vaccination des gens âgés de 57 ans pour le vendredi 26 mars. Chaque jour correspond à un âge. Je vais à tout hasard demander si j’y ai droit. On me répond par l’affirmative et c’est donc plein d’enthousiasme que je me présente ce matin au centre de vaccination du centre-ville. Malheureusement on m’informe que n’étant pas résident ou avec une demande de résidence en cours, je ne peux pas être vacciné. C’est donc déçu que je retourne chez Eric. Après un petit moment de réflexion, je vais tout de même tenter ma chance dans un autre centre. Excellente idée, puisque finalement, on m’injecte ici, ma première dose de sinovac, le vaccin chinois très répandu dans de nombreux pays. Contrairement au Pfizer celui-ci ne nécessite pas de frigo spécial.

Ce week-end, Los Andes étant en quarantaine, je vais donc reprendre ma route lundi matin et penser à faire ma deuxième dose dans un mois, un peu plus au nord.