La « laguna verde » du volcan Azufral.
20 octobre 2020
Colombie aux multiples facettes.
6 novembre 2020

Il y a quelques jours, je passais dans le village de Cumbal. Via une piste rocailleuse, je montais vers la lagune de Cumbal située sur les pentes du volcan du même nom. J’installais ma tente sur les rives du lac avec un paysage de prairies parsemées de plantes d’altitudes.

Une communauté indigène vit dans ce cadre paisible qui s’anime généralement en fin de semaine. A quelques dizaines de mètres du bord, se distingue un élevage de truites qui sert à alimenter les restaurants de la région.

Pour ma part, alors que les averses se succèdent, je passe du temps dans la gargote de dona Rosa, dont les soupes me réchauffent tout autant que le feu de bois qui alimente le foyer de sa cuisine.

Tout parait tellement paisible dans ce petit paradis. Mais les apparences peuvent être trompeuses car dans le village voisin trois gamines de 11 à 14 ans viennent d’être enlevées par un réseau de trafic humain. Heureusement celles-ci ont été retrouvées à Quito, capitale équatorienne. Des inscriptions des FARC rappellent que la dissidence de ce groupe est toujours active dans certaines régions du pays.

En retournant vers la frontière pour me renseigner sur l’évolution de la situation, je m’attarde avec des « briseurs » de pierres dont le travail, dur et répétitif, ne permet guère de faire des extras dans un quotidien peu joyeux.

D’ici la fin de semaine je vais savoir si la frontière ouvre ou si elle reste fermée jusqu’à l’année prochaine…