Le covid 19, n’aime pas la lecture !
16 avril 2020
Un faux espoir de liberté.
4 mai 2020

Qu’il est long de rester enfermé dans un studio. Impossible de faire une bonne marche, un petit jogging ou la moindre sortie vélo.

Fort heureusement pour moi, les propriétaires du logement que j’occupe en cette période de confinement, me prêtent leur chienne pour un aller-retour au bord du lac voisin, situé à moins de 200 mètres. Parfois, je m’assois quelques minutes dans l’herbe, histoire de prolonger discrètement cette sortie, en compagnie d’une vache qui semble toujours étonnée de me voir là. Nous nous tenons une compagnie silencieuse, échangeant des regards chargés de fatalisme, avant que je ne l’abandonne pour retourner sur mon canapé.

Le confinement colombien s’est également prolongé jusqu’au 11 mai. A partir de cette date, il sera probablement toujours impossible de circuler dans le pays et encore moins à l’extérieur.

Dans plusieurs villes du pays, quelques personnes se sont violemment soulevées afin d’obtenir de la nourriture.

Fort heureusement, le « docteur Trump » va vaincre rapidement le coronavirus à coup d’apéros-désinfectants parait-il ?