Une tentative infructueuse.
10 octobre 2020
La « laguna verde » du volcan Azufral.
20 octobre 2020

Aujourd’hui, j’ai participé à une marche pacifique des commerçants d’Ipiales et de leur personnel, demandant l’ouverture de la frontière. Au pont de Rumichaca, délimitant la frontière, se trouvaient également des commerçants équatoriens venus de la ville voisine de Tulcan.

Un slogan y était des plus légitimes : « mieux vaut une frontière ouverte et contrôlée que cent passages illégaux sans contrôles ».

Alors que la frontière est officiellement fermée, des centaines de personnes transitent en effet illégalement par « las trochas », les sentiers illégaux, sans le moindre contrôle et sans les précautions nécessaires. Les gens s’y font régulièrement racketter et ces derniers mois, quelques personnes y ont même perdu la vie.

Pour l’instant, ma situation reste donc dans une impasse. Patience, patience…